Réserve Naturelle Coussouls de Crau

 

Les insectes

Un foisonnement d’espèces

La communauté d’Arthropodes du coussoul, dominée par des espèces méditerranéennes, est tout à fait originale en raison de son adaptation aux conditions locales. Les Coléoptères et Lépidoptères sont très largement dominants en nombre d’espèces. On compte également 14 espèces de fourmis ; les plus caractéristiques du milieu sont deux espèces granivores dites « moissonneuses », Messor sanctus et M. barbarus. Les criquets enfin constituent un groupe particulièrement abondant, avec des effectifs atteignant 60 000 individus par hectare en août.
Quelques chiffres dénotent cette richesse :
- 300 espèces de Coléoptères
- 500 espèces de Papillons
- 40 espèces de Criquets et Sauterelles
- 35 espèces d’Arachnides
- 14 espèces de Fourmis

Anax imperator / Hyles euphorbiae (chenille) / Calopteryx virgo (mâle) / Eucharia festiva © F. Böhringer / D. Schwen / M. Apel / JC. Tempier

 

crauBupreste de Crau © G. Paulus - CEN-PACA

Deux insectes endémiques

La Crau est connue pour abriter un Coléoptère particulier, l’Acméodère de l’onopordon ou Bupreste de Crau Acmaeoderella cyanipennis perroti. L’espèce A. cyanipennis est présente en Espagne et Sardaigne. La sous-espèce perroti est endémique de Provence. Le bupreste de Crau se développe sur une plante-hôte, le Chardon d’Illyrie Onopordum illyricum (souvent appelé Chardon des ânes). Ce gros chardon est très abondant en Crau : il pousse en grandes populations à proximité des bergeries et points d’eau, où il profite des fortes teneurs en azote. Les adultes de bupreste sont observés sur la fleur en juin et juillet.

crauCriquet rhodanien © E. Becker - CEN-PACA

La Crau abrite également un criquet endémique, le Criquet rhodanien Prionotropis hystrix rhodanica. C’est une espèce protégée en France depuis 1976, proche du Criquet hérisson P. h. azami. Le Criquet rhodanien ou Criquet de Crau n’a été découvert qu’en 1921 pendant la pullulation de Criquet marocain en Crau. C’est une espèce dite « brachyptère » : ses ailes atrophiées ne lui permettent pas de voler. On la trouve dans les coussouls vierges, plutôt dans les secteurs peu pâturés où la Brachypode rameux est abondant. Parce qu’il est incapable de voler, le Criquet rhodanien est considéré comme l’une des espèces les plus sensibles à la fragmentation du coussoul. Les imagos ne parcourent en moyenne qu’une cinquantaine de mètres au cours de leur vie, et sont incapables de franchir des obstacles tels que routes ou canaux.

crauLycose de Narbonne © N. Vincent-Martin - CEN-PACA

Autres Arthropodes remarquables du coussoul

Quelques espèces emblématiques du coussoul méritent également d’être mentionnées :
- La Lycose de Narbonne Lycosa narbonensis est très abondante dans le coussoul, où son large terrier à l’entrée tapissée de soie est facilement repérable. Cette tarentule insectivore est l’une des plus grosses araignées de France continentale, elle atteint 3 cm de long. La femelle transporte avec elle son cocon lors de ses déplacements. A l’éclosion, les petits restent sur le dos de leur mère durant deux semaines avant de se laisser disperser par le vent au bout d’un fil de soie.

crauScolopendre méditerranéen © Fritz Geller-Grimm

- Le Scolopendre méditerranéen Scolopendra cingulata est un Chilopode (mille-pattes) pouvant atteindre 15 cm de long. Prédateur insectivore nocturne, il passe ses journées à l’abri sous les galets. Le scolopendre est relativement agressif et sa piqûre est particulièrement douloureuse.

crauScorpion languedocien © Álvaro Rodríguez Alberich

- Le Scorpion languedocien Buthus occitanus, autrefois répandu dans le coussoul, semblerait avoir disparu. Aucun spécimen n’a été observé en Crau depuis les années 1970.